LES PERLES-AUDIO DU LUNDI

09 DÉCEMBRE 2019

• Doit-on toujours être d’humeur égale ?
• Tu es dans quelle boîte ?
• À qui ressembles-tu ?

• Doit-on toujours être d’humeur égale ?

• Tu es dans quelle boîte ?

• À qui ressembles-tu ?

L’adage de la semaine…
« Les autres sont égoïstes. La preuve : ils ne pensent même pas à moi »
— Pierre Desproges.

L’EXPÉRIENCE HEBDOMADAIRE DE PROFONDE BONNE HUMEUR

• Sortir de la caverne en soulevant adroitement la plaque d’ego
Pourquoi faudrait-il se coincer derrière des grilles de critères et de critiques systématiques  Pourquoi se quadriller en case et s’enfermer en bandes sous la plaque d’ego du moi-je-suis-comme-ça ?
attaché à son passé
fixé à ses idées arrêtées
captif de ses songes et placé sous écrou
accaparé par ce qu’on imagine et qui nous ronge
vissé à des croyances fictives et à ses présages
ainsi pris en otage, reclus sous ses préjugés
on succombe au syndrome de Stockholm
on tombe amoureux de son moi-même
à combien peut s’élever la rançon ?
qu’est-ce que je vaux ?
quel est mon dû ?
m’as-tu vu ?

• Avez-vous déjà vécu ce moment de grâce du passage de l’autre côté ?

Un instant d’indulgence dans un mouvement subit de solitude solidaire ?
Une soudaine originalité retrouvée ?
Je ne suis plus un follower. Je ne suis plus ceux que je suivais pour être comme eux. Je ne suis plus une capture d’écran. Une image retouchée de moi. Un fantôme se rabattant sur d’autres apparitions virtuelles. Un geste compulsif de grattage de puces électronique.
Un cri dans la nuit numérique : « eh, mais moi !!! »
Tout à coup, basculement dans l’inconnu !

• Une question déroutante
– « Selfie, Ô mon selfie, dis-moi qui je suis ?
Flash ! L’ego-portrait vole en éclat de larmes, de rires et de pleurs.
L’audacieuse humaine humeur nous reprend dans sa joie de n’être pas exactement ce que l’on croyais être ! Moi, toi, vous, nous, eux… que de quiproquos.
Rire, c’est toujours un peu se moquer du chant des signes et des insignes. Perdre ses marques et ses remarques. Quitter ses enseignes et ses écriteaux distinctifs.
Instant de catapulte dans l’inconnu de la nue.
Soudain, le ciel sombre se relève.
Mieux, la cervelle étincelle.
Ça y est ! Une certaine originalité refait surface.
Non pas une origine passée, ressassée et rabâchée, une origine personnelle, familiale, religieuse, sociale… bref, en cul de sac, mais une origine plus originale que jamais, une origine qui s’inspire de toutes les autres originalités. Une libre origine sans retour et en amour. Une compassion éclatante.
Le ban et l’arrière-ban des neurones se félicitent des talents environnants ; des beautés d’une nature qui vit encore et malgré tout ; de l’aptitude des collègues de planètes qui, bon an mal an, magnifient l’existence ; de la vivacité d’esprit d’un jeune enfant inventant de nouvelles attentions sur le monde ; des prodiges d’inventivité de toutes celles et ceux qui trouvent des solutions là où les solutions venaient à manquer.
Alors là, Oui ! Mille fois Oui ! Ça éclate.
Il y a libération des preneurs d’otages humains.
Autre question déconcertante : « Pourquoi attendre d’être là-bas pour découvrir que ce qu’il y avait à trouver là-bas était déjà ici ? »


L’INVITATION DE LA SEMAINE
ABEL LEBLANC : CENT ANS D’AMOUR !
Exposition du 18 au 27 décembre à l’Hôtel de ville de Roubaix.

Mercredi 18 décembre à 18 heures : vernissage en poèmes et en chansons.
Jeudi 19, vendredi 20, samedi 21, jeudi 26, vendredi 27 : ouverture de 15 h à 18 h.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

 

Réécoutez les extraits de la semaine dernière…