TESTEZ VOTRE BONNE HUMEUR

Recevez chaque lundi sur votre ordi !

3 PERLES-AUDIO :
     – 3 questions très déroutantes
     – 3 réponses pas moins « déroutinantes »
     – 3 points de suspension pour bousculer les idées arrêtées
1 NOTICE D’EXERCICES CRÉATIFS :
Pour vous dégourdir l’esprit et amorcer votre pompe à niaque
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT

TESTEZ PAR VOUS-MÊME AVEC LES EXTRAITS CI-DESSOUS
———————————————————————————————

L’adage de la semaine…
« Aller chercher au fond de soi quelque chose que nous n’osons pas être
»
— Dustin Hoffman.

Faut-il apprendre à écrire ?
La boutique est-elle ouverte ?
Qu’est-ce qui te motive ?

L’EXPÉRIENCE HEBDOMADAIRE DE PROFONDE BONNE HUMEUR
Que faites-vous de beau en ce moment ?
La nature est belle et elle se renouvelle. Surtout actuellement.
Sous nos contrées qui jouissent encore d’un climat tempéré
et changeant sans cesse au gré des normes saisonnières,
la beauté se paye toujours le luxe de nous offrir, une fois par an,
l’un de ces printemps dont elle a le secret.

Les fleurs, les insectes, les animaux, savent se décorer et se chatoyer
en signe de bonne santé en mars, avril, mai et début juin.

Allons recevoir les secrets magnifiques de ce sacre de la vie,
la santé même,
la preuve s’il en fut,
que la nature se donne de plus belle.
Autrefois le rêve d’un fermier était d’avoir une « belle ferme »,
et le compliment qu’un artisan considérait comme ultime était : « c’est du beau travail ! »

La beauté d’un jardin,
la beauté d’un défilé de plats sur la table,
les moments de contemplation d’un soleil couchant,
autant d’occasions de s’extasier,
au saut de la vie.
Qui plus est, il faut bien admettre que beauté guérit.
La beauté soigne aussi bien le corps et l’âme que l’amour.
Tout est lié. Même la vieillesse peut être belle.
Le plus étrange mystère, c’est bien celui de l’animal qui, ne possédant aucun miroir,
resplendit comme s’il pouvait se voir.
Même sans microscope pour s’observer,
les plus minuscules animalcules sont époustouflants, ravissants, incroyablement attifés,
majestueusement décorés…
Mais dites-moi, comment s’y prennent les fleurs,
les plantes, les arbres, les oiseaux, les libellules et ce blaireau,
qu’hier soir j’ai croisé avec sa ligne blanche sur le nez, pour s’embellir ?

Comment font nos colocataires terriens pour présenter leurs innombrables parades
avec de fabuleuses parures, leurs cérémonies d’ouverture avec de magnifiques allures
et d’étranges effets de coiffures sans éprouver le besoin de s’en remettre à de grands couturiers,
à des capilliculteurs de renom ou à des spécialistes de l’image de soi ?

La beauté provoque-t-elle la vie sans volonté de la donner ?
N’est-il pas stupéfiant de réaliser que nous sommes, nous humains, au beau milieu
de ce spectacle du monde, parmi toutes ces populations végétales, animales et immémoriales
qui se font belles, de jour comme de nuit, dans les cimes aussi bien que dans les abîmes ?

Je me souviens que jeune adolescent, un camarade de jeu, que certains considéraient
comme un peu simple d’esprit à cause des belles idées qui lui venaient sans crier gare,
avait énoncé cette belle sentence :

« C’est beau, la poésie. On le voit quand de beaux papillons de nuit
tournent autour de sa bouche… »

La beauté, voulez-vous, avec moi, essayer de l’apprivoiser
pour en libérer les effets papillon ?

JE M’INSCRIS GRATUITEMENT AUX PERLES-AUDIO DU LUNDI


Publicités