LES PERLES-AUDIO DU LUNDI

18 FÉVRIER 2019

Quelle est la plus grande erreur ?
♦ Quand on est constipé du bulbe, que faire ?
♦ Faut-il caresser dans le sens du poil
 ?

Quelle est la plus grande erreur ?
• Quand on est constipé du bulbe, que faire ?
• Faut-il caresser dans le sens du poil ?

L’adage de la semaine…
« Les seuls maîtres sont ceux qui nous montrent ce qui est possible
dans l’ordre de l’impossible »
— Paul Valéry.

♦ L’EXPÉRIENCE HEBDOMADAIRE DE PROFONDE BONNE HUMEUR

Contemplez la beauté de ces légumes et de ces fruits
et demandez-vous en secret qui est le maître ici ?

• Préambule…
Avant de répondre à la question : « Qui est le maître ici ? »,
soulevons quelques-unes des pistes « est-il-mot-logique » de ce concept de maître,
lequel peut paraître impérieux et prêter à confusion.
La racine souche indo-européenne de ce mot remonte au sanskrit :
maha – « grand », « élargir », « libérer ». Maha-atma : « grande âme ». Maha-radja : « grand roi ».
Maha-mudra : « grand geste », « grande libération », « grande délivrance ».
En grec : mag – « grand ». En latin : magister : « chef » ; dérivé de magis, « plus ».
D’où l’idée de seigneur et maître : droit d’agir, de commander, de décider,
de s’installer dans une position haute et de régner en toute autorité
sans avoir à en référer à quiconque à part soi. Être le seul maître à bord après Dieu.

• L’époque change…
Les systèmes de gouvernance verticale sont remis en question.
– Pouvoir de l’homme sur la femme ?
– Pouvoir des parents sur les enfants ?
– Pouvoir d’achat à l’excès jusqu’à la nuisance ?
– Pouvoir de l’industrie et de l’économie sur l’écologie ?
– Pouvoir de vie ou de mort sur la vie végétale, animale et marine ?
L’horizontalité n’est plus à dédaigner.
Le numérique en accès libre embrasse toutes les données. Entremêle les champs d’investigation.
Mixe le haut et le bas. Fait s’entrelacer les domaines d’activité sur place et en déplacement,
proche et lointain, sur terrain coutumier et en pleine nouveauté. Les temps qui peuvent sembler toxiques à ceux n’aiment pas changer donnent l’occasion de créer ensemble de nouvelles solutions, mieux, de « créoliser » par delà les barrières d’hier, des arrangements, des adaptations, des ajustements entre les prochains survivants que nous sommes.

• Le maître dominateur tient toujours tête…
Maître à penser

Maître surplombant
Dépositaire des vérités
Détenteur des doctrines
Directeur des consciences
Propriétaire des critères exigés
Tout dans la tête, rien dans le cœur
Le grand ordonnateur-ordinateur-normalisateur
Maître de céans d’antan remplacé par les écrans
Entre nos mains, nos yeux et partout dans l’existence
Peut-on suspendre cette activité du pilotage automatique ?
Reprendre les commandes, s’interroger sur ce que nous dit notre cœur ?

• Le maître-serviteur fait battre le cœur :
L’ouverture à quelque chose de « magnifique », « magnanime », « magnifient »,
avec un sentiment profond d’élargissement : maha, est au plus profond de nous.
Une certaine grandeur d’âme souffre de rester enfermée dans une conduite forcée.
Le cœur est l’exemple même d’une discrète et certaine magnanimité.
En palpitant, en pulsant, en percutant et en transmutant à chacun de ses battements,
cet organe central, ce maître intérieur et néanmoins modeste qu’est le cœur brasse jour et nuit,
non sans une grande persévérance, aussi bien l’écoulement dans les artères que dans les veines.
Le cœur s’arrange pour que les jours se suivent et ne se ressemblent pas.
Rien de mécanique dans cette maîtrise intermédiaire. Des questions sont soulevées en chemin.
Des idées et des mots se mettent à répondre et à correspondre en chœur.
Des gestes s’élargissent au gré des activités habituelles pour en changer l’usage.
Le pouvoir créateur en douce libère des nouvelles versions sensibles.
La musicalité devient une nécessité de première nécessité.
La poésie du langage avec la danse des regards, la grâce des gestes au débotté et les je-ne-sais-quoi qui surviennent à l’impromptu font partie des cinq fruits nourriciers qu’il conviendrait d’offrir quotidiennement à soi-même, aux bêtes et aux gens dont on dépend.
Chacun a le droit de germer, de féconder, de s’élever, de fleurir et de se réjouir, non seulement de bien manger ou d’acheter ce qui lui plaît, mais aussi de bien apporter sa part de bonheur fait maison et de bien irriguer d’humeurs favorables les flux de ses échanges.
Un peu d’ardeur bien tempérée dans le feu de l’action. Un peu de terre meuble dans nos jardins suspendus. Des petites choses de rien, brèves nuances passagères, vibrato spontané de nos âmes étincelantes, vie dans nos mélodies. Oui, la profonde maîtrise, celle qui ne rechigne pas à la joie et ne cherche pas à maintenir son emprise est… serviteur et libératrice de la nature.
Aussi bien environnante que profondément intérieure.
La nouvelle maîtrise trouve sa noble servitude au service de la vie.

L’INVITATION DE LA SEMAINE

L’ÉLAN CRÉATEUR ET LA CONCRÉTISATION PRATIQUE

3 jours d’entraînement intensif
avec Bernard Leblanc-Halmos, les 22, 23 et 24 mars 2019
Transmuter nos cris-créateurs en dynamique de création
création d’un bon climat en équipe
création de nouvelles activités d’avenir
création de perspectives et d’équilibres
mises en scène, mises en œuvre, mises à jour, mises en pratique...
Un séminaire qui va faciliter vos transitions par la pratique d’une intelligence méconnue : l’intelligence humorale. L’énergie insoupçonnée des humeurs immunitaires, ou plus exactement :
« communitaires » est disponible. Encore faut-il revoir nos façons de nous questionner
et découvrir d’autres manières de répondre, plus spontanées et nuancées.
L’avenir se cache dans les angles morts et les signaux faibles.
Comment activer les méthodes subtiles du génie mutuel dans nos actions quotidiennes
et dans tous nos domaines d’activités personnelles ou entrepreneuriales ?
Comment ouvrir des champs opératoires nouveaux ?
EN SAVOIR PLUS

Réécoutez les extraits de la semaine dernière…

Publicités